Accueil portail recherche > Actualits


BIOTARGEN (EA 7450)

A l'interface entre sant humaine et sant quine

quipe BIOTARGEN
De longue date, le cheval est une espèce élevée pour ses aptitudes physiques et ses performances sportives. La santé et le bien-être des chevaux est un enjeu pour l’ensemble de la filière équine, dont le dynamisme est un véritable atout pour la Normandie. Magali Demoor, Nicolas Gruchy et Stéphane Pronost présentent l’unité BIOTARGEN —une unité à l’interface entre santé humaine et santé équine, qui s’inscrit dans un écosystème régional propice en matière de recherche et d’innovation.

Comment l’unité de recherche BIOTARGEN est-elle née ?

L’unité de recherche a vu le jour le 1er janvier 2017 à l'initiative de la Fondation de coopération scientifique Hippolia, de LabÉo et de l'université de Caen Normandie avec le Pr. Philippe Galéra, et à la faveur du regroupement de généticiens, de biologistes et de cliniciens en santé humaine et en santé équine. L’activité scientifique s’est structurée autour de deux équipes de recherche, dans l’optique de mieux comprendre les mécanismes impliqués dans les affections ostéo-articulaires et les affections respiratoires.

L’équipe OERAGEN, installée au Centre hospitalier régional universitaire, avenue Clémenceau à Caen et au niveau de la plate-forme LABÉO-UNICAEN à Saint-Contest, travaille sur les anomalies de développement du cartilage, les pathologies ostéo-articulaires et le chondrosarcome — une tumeur maligne d’origine cartilagineuse qui a pour caractéristique d’être chimiorésistante et radiorésistante. Les nouveaux outils de génétique vont nous aider à décrypter et à trouver les variations au niveau du génome permettant d’expliquer des anomalies ostéo-articulaires. Il s’agit de s’intéresser aux variations génétiques individuelles pour développer des stratégies thérapeutiques personnalisées. L’objectif est également d’étudier le potentiel thérapeutique de cellules souches — ces cellules capables de se démultiplier et de donner naissance à de nouveaux organes et de nouveaux tissus de l’organisme. À cet égard, nous avons actuellement une thèse CIFRE en partenariat avec un laboratoire de médecine régénérative vétérinaire portant sur l’utilisation de cellules souches pour le traitement des tendinopathies et arthropathies du cheval.

L’équipe MECIIR, qui travaille plus spécifiquement sur les maladies inflammatoires respiratoires, est installée sur la plate-forme de recherche collaborative LABÉO-UNICAEN qui a été inaugurée le 4 novembre 2016 et qui fédère les acteurs de la recherche en santé équine puisqu’elle accueille également le RESPE • Réseau épidémio-surveillance en pathologie équine et le GIP LABEO Frank Duncombe.

Les travaux de recherche menés sur le site de Saint-Contest sont complémentaires de ceux réalisés sur le site de Goustranville, qui accueille le Laboratoire de pathologie équine de l’Agence nationale de sécurité sanitaire et le CIRALE, le Centre d’imagerie et de recherche sur les affections locomotrices équines de l’École nationale vétérinaire d’Alfort. L’activité scientifique de BIOTARGEN s’inscrit ainsi dans le cadre d’une structuration croissante de la recherche en santé équine.

Pourquoi s’intéresser plus spécifiquement aux affections respiratoires et aux affections ostéo-articulaires ?

L’objectif est en effet de développer des outils diagnostiques et thérapeutiques pour ces deux grandes affections qui ont un impact considérable sur l’ensemble de la filière équine. L’arthrose, l’asthme ou encore les pathologies virales telles que la grippe constituent les principales raisons empêchant un cheval de concourir. Le cheval est également l’espèce animale qui voyage le plus à l’étranger en raison des compétitions sportives et des besoins de reproduction… ce qui le rend particulièrement vulnérable aux différents virus en circulation. Les collaborations internationales sont nécessaires pour détecter et caractériser les virus, développer des stratégies thérapeutiques et améliorer les protocoles de vaccination. Des chercheurs de BIOTARGEN sont référents auprès de l’Office international des épizooties • OIE pour identifier les virus de la grippe équine en circulation et l’OIE émet des recommandations pour que les industriels mettent les vaccins à jour. La plate-forme est dotée d’équipements de pointe et d’installations à haut niveau de confinement permettant de conduire des recherches en virologie impossibles à mener jusqu’à présent. Les zones P1, P2 et P3 nous permettent de travailler sur des virus faiblement à hautement pathogènes.

Le cheval… un modèle pour l’homme ?

Le cheval constitue en effet un modèle, si ce n’est le meilleur modèle, pour étudier les affections locomotrices. Il est soumis aux mêmes contraintes mécaniques que les sportifs et les athlètes de haut niveau, et le cartilage équin présente les mêmes propriétés structurales et physico-chimiques. Des lésions peuvent évoluer, tout comme chez l’homme, vers de l’arthrose. En apportant des solutions pour la santé équine, on apporte également des réponses pour la santé humaine. Pour ce qui est des affections respiratoires, le foin peut être responsable, chez l’homme tout comme chez le cheval, de crises d’asthme. Nos activités de recherche fondamentale consistent ainsi à comprendre les mécanismes de déclenchement de l’asthme. Nous disposons notamment d’une bourse CIFRE en partenariat avec une société commercialisant un appareil destiné à pré-traiter le foin pour éviter qu’il soit un terrain de prédisposition pour l’asthme sévère chez le cheval. Il s’agit ainsi de mener une recherche translationnelle basée sur la santé humaine et la santé équine — de la recherche fondamentale au développement d’applications concrètes.
Propos recueillis le 1er mars 2017

Télécharger la page

Dernière modification : 17 juillet 2017


ÉQUIPEMENTS DU
LABORATOIRE

Chaine chromatographie liquide haute performance LC-MS/MS
Séquenceur haut débit, scanner puces ADN, microscope à épifluorescence, MAGPIX System, Spark 10M, Chemidoch Touch
Laboratoire de confinement L2 : Système xCELLigence (6 x 96 puits), IncuCyte, cytométre en flux, Thermocycleurs pour qPCR dont un modèle QuantStudio 12K pour digital PCR, Microscope Eclipse Ti-S avec chambre thermostatée, Microscope inversé, Système Bioflux pour microfluidie, Chambre à Hypoxie, Électroporateur
Laboratoire de confinement L3

UNICAEN
Université de Caen Normandie
Esplanade de la Paix | CS 14032 | 14032 CAEN cedex 5