Accueil portail recherche > Actualités


Expositions d'outils et tests classiques à l'UFR de psychologie

Une exposition présentant des planches du test de Rorschach, les cubes de Kohs, des tests de mouvements conjugués… Pas de doute, on est bien à l’UFR de psychologie ! Véritable cabinet de curiosités, cette exposition permanente valorise le fonds de tests psychologiques de la composante.

À l’UFR de psychologie, les enseignants et les étudiants inscrits en master et en doctorat ont accès à une testothèque — un fonds de plus de 80 tests psychométriques, utilisés comme outils de mesure et d’évaluation en psychologie. Développement cognitif, psychomotricité, personnalité, langage, mémoire, perception… Ces outils couvrent différents domaines d’investigation, en lien avec les diverses disciplines de la psychologie.

La testothèque, gérée par l’UFR de psychologie, a été récemment confiée à la Bibliothèque universitaire Pierre Sineux — un transfert qui a donné lieu à une mise à jour du fonds. « Les tests psychométriques nécessitent d’être constamment actualisés », indique Marc Aguert, maître de conférences en psychologie du développement. « L’utilisation de tests est indissociable des études en psychologie, tant sur le plan de la recherche que sur celui de l’enseignement. Depuis 1967, date à laquelle la psychologie fait son entrée à l’université de Caen, de nombreux tests achetés pour répondre à nos besoins ont été remplacés par de nouveaux, plus fiables sur le plan psychométrique et surtout plus adaptés, aux évolutions de la société d’une part et aux avancées des théories psychologiques d’autre part. D’autres ont été progressivement abandonnés parce que démodés ».

Les tests exposés à l’accueil de l’UFR de Psychologie témoignent de l’évolution d’une discipline en quête d’objectivité. On retrouve ainsi, en vitrine, les célèbres planches de Rorschach — ces taches d’encre laissées à la libre interprétation des individus et censées rendre compte de leurs problématiques inconscientes. On y retrouve également le MMPI, un test destiné à évaluer la personnalité normale et pathologique sur la base des réponses « vrai » ou faux » données par les individus, face à des affirmations aussi variées que « Je n’ai jamais eu d’éruption cutanée qui m’ait ennuyé » ou « Ma famille n’aime pas le travail que j’ai choisi ».

En vitrine, quelques machines sont exposées. « Ces machines ont été conçues dans les années 1940 et 1950 pour obtenir des données chiffrées : le nombre d’essais pour réaliser une tâche, le nombre d’erreurs ou encore le temps de réponse. Elles témoignent d’une volonté des psychologues de parvenir à des mesures objectives. Ce type de mesure est toujours utilisé aujourd’hui mais bien sûr, des ordinateurs ont remplacé les lourds boîtiers et les voyants lumineux ».

Exposition Pycho Exposition Pycho Exposition Pycho

L’exposition présente également des tests psychotechniques — ces tests auxquels les recruteurs avaient recours pour évaluer différentes aptitudes professionnelles, comme la dextérité manuelle dans le milieu industriel. « Ces tests témoignent d’une époque où les psychologues pensaient qu’ils avaient à offrir, au-delà de la prise en charge psychologique des individus, une organisation plus rationnelle de la société », précise Marc Aguert. « Les tests d’intelligence ont été élaborés dans cette même optique. La psychométrie, en tant que discipline, s’est d’ailleurs constituée sur ces tests d’intelligence. L’Échelle métrique de l’intelligence, conçue par Alfred Binet en 1905 et considérée comme le premier véritable test psychométrique, visait à dépister les enfants ayant besoin d’une forme d’éducation spécialisée. Pendant longtemps, l’intelligence a été considérée comme une dimension figée et fixée dès la naissance. La tentation eugéniste était grande : ces résultats chiffrés contribuaient à classer les individus, les comparer, les sélectionner. Mais de fait, il a été nécessaire de faire évoluer ces tests après la Seconde Guerre mondiale pour les penser véritablement comme des outils apportant un éclairage dans le cadre d’une évaluation globale. La question, aujourd’hui, n’est plus “Quelle est l’intelligence de cet individu et où vais-je le classer suite à la mesure ?” mais bien “Quelles sont ses stratégies pour traiter une information et comment l’en faire changer s’il s’avère que ces stratégies le desservent ?” ».

Une exposition à retrouver à l’UFR de Psychologie (campus 1 · bât. L · rez-de-chaussée) !

Télécharger la page

Dernière modification : 25 avril 2019



UNICAEN
Université de Caen Normandie
Esplanade de la Paix | CS 14032 | 14032 CAEN cedex 5