Accueil portail recherche > Actualités


La mémoire des attentats du 13 novembre



Les attentats qui ont frappé la France le 13 novembre 2015 sont au cœur d’un ambitieux programme de recherche sur les mémoires traumatiques coordonné par le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM). Les responsables scientifiques et techniques du programme de recherche sont le neuropsychologue Francis Eustache et l’historien Denis Peschanski, dont les travaux de recherche sur la construction de la mémoire s’inscrivent depuis plusieurs années dans les projets de l’Equipex MATRICE.

Le programme « 13 novembre » a pour objectif d’étudier l’évolution de la mémoire des attentats. Comment l’événement traumatique se construit-il, au fil des années, dans la mémoire individuelle et la mémoire collective ? Parce que la compréhension de la mémoire nécessite de prendre en compte différents aspects dans une démarche transdisciplinaire, le programme associe des historiens, des sociologues, des psychologues, des neuroscientifiques, mais également des mathématiciens et des informaticiens.

Cette étude longitudinale s’appuie sur les témoignages de 1 000 personnes volontaires, recueillis au cours de quatre campagnes d’entretiens successives menées sur une période de dix ans. Quatre profils de témoins ont été identifiés : les survivants, les proches des victimes et les forces de l’ordre et professionnels de santé qui sont intervenus sur les lieux ; les habitants et usagers des quartiers visés ; les habitants des quartiers périphériques parisiens ; et les habitants de trois villes hors de l’Île-de-France, dont la ville de Caen. Ces témoignages seront mis en perspective avec les discours portés par les médias et avec les contenus des réseaux sociaux, qui participent précisément à la construction de la mémoire collective.

Le laboratoire Neuropsychologie et neuroanatomie fonctionnelle de la mémoire humaine (UMR-S 1077 • UNICAEN • EPHE • INSERM), dirigé par Francis Eustache, est une des unités de recherche qui coordonnent le programme et est notamment responsable de la partie biomédicale qui se déroule au centre Cyceron. Une étude en imagerie cérébrale nommée sera en effet menée sur un échantillon de 180 personnes, parmi lesquelles figurent 120 personnes directement exposées aux attentats. Il s’agira d’évaluer l’impact des chocs traumatiques sur la mémoire et leurs manifestations dans le cerveau.

« 13 novembre » a bénéficié d’un crédit d’amorçage de 2 millions d’euros de l’État français dans le cadre du programme d’investissements d’avenir. Les premiers résultats seront disponibles à l’automne 2017.

Télécharger la page

Dernière modification : 29 juin 2016



UNICAEN
Université de Caen Normandie
Esplanade de la Paix | CS 14032 | 14032 CAEN cedex 5