Accueil portail recherche > Actualités


Littérature et passage(s) de culture

le 28 mars 2018

Responsables scientifiques : Magali Jeannin et Anne Schneider

La littérature offre par sa dynamique, son langage, ses métaphores, ses imaginaires la possibilité de se confronter à une autre culture que celle d'où l'on vient. L'expérience subjective de la lecture littéraire a inspiré bon nombre d'écrivains qui racontent leur acculturation, leur changement de perspective, passant d'une voie familiale et sociale bien souvent toute tracée vers une vie à soi et pour soi. La littérature fonctionne dès lors comme un levier déterminant ce passage de cultures.

Edouard Louis dans En finir avec Eddy Bellegueule raconte comment s'est fait son passage d'une culture prolétaire vers une culture lettrée, Annie Ernaux évoque dans ses romans la perspective offerte par les études littéraires comme le seul moyen d'accéder à un autre avenir que celui, figé et sombre, du carcan de l'épicerie familiale. Moïse dans Tropique de la violence garde avec lui comme un talisman le roman de d'Henri Bosco L'enfant et la rivière, seul élément qui le rattache à la culture de Marie, sa mère adoptive.

Mais la littérature fonctionne aussi par l'évocation de mondes lointains et étrangers comme un moyen d'entrer dans une culture de l'autre, celle d'un auteur, d'un personnage, dans un temps, une géographie et une histoire donnée, dépendants d'une culture nationale différente de celle que l'on connaît. C'est le cas des écrivains francophones ou de littérature étrangère qui livrent un monde qui nous est proprement étranger. La dimension documentaire se rajoute à la dimension imaginaire de découverte d'une autre culture.

La connaissance culturelle apportée par la littérature revient à faire bouger ses propres conceptions identitaires, la littérature permet d'entrer et d'adopter de nouveaux points de vue, de se situer en reliance avec l'autre. La culture d'origine, considérée comme fondatrice, par exemple lorsqu'elle est décrite dans les autobiographies des écrivains, est souvent brandie comme intrinsèque à soi et comme constitutive de son identité.

Dans le cadre scolaire, le jeune lecteur qui fait l'expérience de la littérature découvre d'autres mondes, d'autres valeurs et expérimente un déplacement de son identité en pleine construction. La littérature est un moyen de se situer ailleurs, à, la fois en dehors du cadre scolaire et pleinement dedans car elle rend possible l'appropriation des codes culturels du « faire société ». Les pratiques scolaires favorisent l'appropriation de la littérature seul lieu d'une véritable interrogation de soi au monde et aux autres, comme fondement du passage de cultures, elles permettent dès lors à l’élève de se situer comme futur citoyen.

Nous proposons trois axes de réflexion :

La littérature comme témoignage du passage de cultures
Nous étudierons les oeuvres littéraires qui évoquent ce passage d’une culture à l’autre. Quels sont les écrivains qui se saisissent de ce moment précis ou de ce temps plus ou moins long par lequel s’est effectué un changement fondamental dans leur existence comprenant le passage d’une culture à une autre ? Comment s’est fait ce changement : action, contemplation, changement de lieu, acculturation, rôle de l’école et de la littérature, rencontre avec des passeurs de culture, etc. Comment la littérature déconstruit-elle l’utopie d’une identité déterminée ?

La littérature comme découverte d'une autre culture
La littérature est le lieu privilégié d’émergence de la diversité, mais également point d’ancrage de l’universel-singulier et de l’altérité. Elle permet de découvrir une culture différente, un ailleurs, un autre, étranger à soi. En contexte pluri et multiculturels, la
littérature devient le lieu de l’expérience et de la possibilité de recompositions identitaires multiples.

La littérature comme vecteur d'appropriation de la culture scolaire
Quelle didactisation de la littérature comme « esthétique du divers » en direction des élèves ? Comment intégrer dans la formation des futurs enseignants l’enseignement d’une littérature qui « fait société » ? Quelle(s) relation(s) à la norme et à la forme scolaire ? Quelle reliance favoriser entre culture scolaire et culture familiale ?



Télécharger la page

Dernière modification : 23 février 2018



UNICAEN
Université de Caen Normandie
Esplanade de la Paix | CS 14032 | 14032 CAEN cedex 5