Accueil portail recherche > Actualités > Retour sur...


Rétrécissement aortique: STOP-AS lauréat de l’APP Recherche hospitalo-universitaire en santé


Le projet STOP-AS est l’un des lauréats de l’appel à projets pour la Recherche hospitalo-universitaire (RHU) en santé, dans le cadre du programme national Investissements d’avenir. L'unité Signalisation, électrophysiologie et imagerie des lésions d’ischémie-reperfusion myocardique (EA 4650), dirigée par Alain Manrique, est associée au projet.

Le rétrécissement aortique est une pathologie cardiaque fréquente dans les pays occidentaux, qui affecte plus particulièrement les patients âgés de 70 ans et plus. La diminution de l’orifice aortique entrave le passage du sang vers l’aorte, affectant considérablement le flux sanguin. Cette maladie cardiaque se caractérise par un essoufflement à l’effort, des douleurs d’angine de poitrine, des vertiges ou des syncopes. Les traitements actuels consistent en un remplacement valvulaire aortique chirurgical, ou par voie transcutanée (TAVI). Cette dernière technique, mise au point à Rouen en 2002, a d’ores et déjà bénéficié à plus de 300 000 patients à travers le monde.

Le projet STOP-AS s’inscrit précisément dans la continuité des travaux menés à Rouen autour du traitement non-chirurgical du rétrécissement aortique. Coordonné par le Pr. Hélène Eltchaninoff, chef de service de cardiologie au CHU de Rouen, le projet STOP-AS vise à améliorer la compréhension de la maladie – de ses mécanismes initiateurs jusqu'aux traitements thérapeutiques les plus innovants, en passant par la prévention, le diagnostic et l’évaluation sociétale et médico-économique.

L'unité Signalisation, électrophysiologie et imagerie des lésions d’ischémie-reperfusion myocardique (EA 4650) est impliquée dans ce projet par le développement de nouvelles techniques d'imagerie permettant d'étudier la progression de la maladie ainsi que l'impact du remodelage ventriculaire gauche dans la décision thérapeutique. En particulier, des techniques d'imagerie moléculaire en Tomographie par Émission de Positons (TEP) seront mises à profit pour évaluer les processus de minéralisation de la valve aortique. En partenariat avec le CHU de Caen, le GIP Cyceron et les autres partenaires du projet, l'unité EA 4650 évaluera l'apport de nouvelles séquences d'IRM et de nouvelles techniques d'imagerie par ultrasons pour évaluer précocement le retentissement myocardique du rétrécissement aortique.

78,4 M€ ont été attribués à 10 projets de recherche innovants et de grande ampleur dans le domaine de la santé. La subvention de 6,6 M€ allouée au projet STOP-AS permettra la mise en place d’études précliniques et cliniques multicentriques ainsi que la constitution de cohortes et registres nationaux.


Télécharger la page

Dernière modification : 10 février 2017



UNICAEN
Université de Caen Normandie
Esplanade de la Paix | CS 14032 | 14032 CAEN cedex 5