Colloque Violence et jeux de l'Antiquité à nos jours

Lieu : MRSH de Caen et Musée de Vieux-la-Romaine
Début : 04/10/2019 - 09:00
Fin : 05/10/2019 - 18:00
Responsable(s) scientifique(s) : Typhaine Haziza

En association avec le Musée archéologique de Vieux-la-Romaine qui présente actuellement une exposition sur les gladiateurs, ce colloque, organisé par Typhaine Haziza (Université de Caen / HisTeMé ; EA 7455), en collaboration avec Véronique Dasen (Université de Fribourg / AnHiMA, UMR 8210 / ERC AdG Locus Ludi. The Cultural Fabric of Play and Games in Classical Antiquity, 741520), réunira des spécialistes de différents horizons (historiens, archéologues, anthropologues, psychologues…) pendant deux jours à Caen et à Vieux-la-Romaine, afin d’analyser les liens entre violence et jeux de l’Antiquité à l’époque contemporaine. Les événements récents liés au mouvement des gilets jaunes viennent conforter le discours sur une supposée montée de la violence dans nos sociétés occidentales au XXIe siècle, notamment en France. Or, parmi les raisons régulièrement invoquées dans les média – souvent de manière polémique – pour expliquer cette supposée montée de la violence, en particulier chez les jeunes, figure le développement, depuis les années 1990, des jeux vidéo aux contenus souvent brutaux. La pratique de tels jeux s’est aujourd’hui généralisée, voire banalisée, ce qui nous invite à la prendre comme un fait de société loin d’être marginal et anecdotique. L’association « violence & jeux » n’est pas nouvelle, comme en témoignent la passion pour les jeux du cirque dans le monde romain et le goût immodéré pour les émotions fortes que ce type de spectacle déclenchait. L’objectif de ce colloque, ouvert au public, est de poursuivre l’exploration des pratiques ludiques, en les analysant comme des clés d’accès privilégiées à la dynamique sociale et religieuse des sociétés. De manière large, l’étude du jeu permet de saisir une façon culturelle de penser les rapports de genre, entre garçons et filles, femmes et hommes, les relations intergénérationelles, entre enfants et adultes, parents et grand-parents, entre personnes de statut social différent, individus libres et esclaves, ainsi que le rapport au divin et aux forces qui gouvernent le destin. L’étude des pratiques ludiques peut ainsi apporter de précieuses informations sur les modes de transmission des normes sociales et religieuses, ainsi que sur des formes de mémoire collective encore peu explorées. Notre ambition est d’approfondir lors de ces deux journées, qui seront suivies par un autre événement à Fribourg dans le courant de l’année 2020, un aspect moins connu de la culture ludique, en engageant une réflexion diachronique et comparatiste sur la dimension violente, mentale et physique, du jeu et de sa gestion, de l’Antiquité à aujourd’hui.

Après une session introductive visant à réfléchir aux notions et enjeux mis en œuvre par l’association violence et jeux, un premier volet s’attachera aux jeux violents en se demandant si ces derniers peuvent être les reflets et les vecteurs de sociétés violentes. La seconde session se demandera, au contraire, si les jeux violents ne peuvent pas être un moyen de canaliser la violence. Enfin, la troisième session du colloque présentera quelques situations de jeux dans des contextes violents. Diverses activités (visite de la maquette du plan de Rome, visite de l’exposition sur les gladiateurs au Musée de Vieux-la-Romaine, reconstitutions de combats de gladiateurs par la société Acta Events, initiation ludique aux jeux et jouets antiques par Véronique Dasen), en lien avec la thématique, seront également proposées tout au long de ces deux journées.