Autour du Trionfo del Tempo et del Disinganno : paroles d'artistes et de chercheurs

Lieu : Théâtre de Caen
Début : 03/02/2017 - 09:30
Fin : 03/02/2017 - 16:00

En février 2017, le Théâtre de Caen présentera l'oratorio Il trionfo del Tempo e del Disinganno de Haendel, dans une nouvelle production dirigée par Emmanuelle Haïm, à la tête du Concert d'Astrée, et mise en scène par Krzysztof Warlikowski. A cette occasion, une journée d'études proposera de réfléchir à la réception du répertoire baroque sur la scène contemporaine. Cette journée s'inscrira dans la continuité de précédentes journées d'études consacrées à ce sujet : après la tragédie en musique (Atys au Théâtre de Caen en 2011), le mythe de Médée (au Théâtre des Champs Elysées en 2012) et l'opéra vénitien en France (Xerse au Théâtre de Caen en 2016), il s'agira cette fois de s'intéresser à l'oratorio à travers l'exemple du Trionfo del Tempo e del Disinganno.

Composé par Haendel sur un livret du cardinal Benedetto Pamphili, Il trionfo del Tempo e del Disinganno est un oratorio allégorique créé en 1707 à Rome. Comme de nombreuses autres œuvres de cette époque, celle-ci nous est parvenue sous différentes formes. Plusieurs airs sont en effet repris par Haendel dans certains de ses opéras seria et l'œuvre elle-même est adaptée par le compositeur pour des reprises à Londres d'abord en 1737 sous le titre Il trionfo del Tempo e della Verità, puis en 1757 sous le titre The Triumph of Time and Truth. C'est la version romaine de 1707 que proposera la nouvelle production présentée à Caen.

Pour cette production, deux approches différentes, mais non incompatibles, de l'interprétation du répertoire baroque se croisent et se rejoignent. En effet, la musique sera interprétée sur des instruments anciens par le Concert d'Astrée, sous la direction d'Emmanuelle Haïm, selon une approche dite « historiquement informée ». La mise en scène, quant à elle, correspondra davantage à une volonté d'actualisation et ce de deux points de vue. D'une part, si l'oratorio est un genre musical dramatique, il n'a pas été conçu à l'origine pour être représenté dans un théâtre. Or, le spectacle présenté à Caen en 2017 sera bien un spectacle mis en scène dans et pour un lieu de théâtre. D'autre part, cette mise en scène comporte des références à des artistes contemporains, notamment Sofia Coppola et Hirokazu Kore-eda, et fait appel aux nouvelles technologies, en particulier cinématographiques. Il s'agira donc de se demander comment l'équipe artistique du spectacle nous donne à voir et à entendre aujourd'hui une œuvre ancienne dont les codes ont pu nous devenir étrangers. Nous pourrons en particulier nous poser les questions suivantes.

  • Comment l'interprétation contemporaine d'une œuvre ancienne peut-elle rendre compte de cette œuvre ? Dans quelle mesure la perception qu'elle en offre est-elle déformée ?
  • Plus précisément, comment le recours à des techniques et à des références contemporaines, en particulier cinématographiques, permet-il d'aller à la rencontre d'un oratorio du XVIIIe siècle ?
  • Quelles particularités la réception contemporaine d'une œuvre ancienne présente-t-elle quand il s'agit d'une œuvre allégorique, comme c'est le cas ici ?

Ces questions seront abordées lors des communications et des échanges entre chercheurs et artistes au cours de la journée, dont le but est de permettre une rencontre et un dialogue entre recherche théorique et pratique artistique.

 

 

Fichier(s) à téléchargerVoir le programme

Contact