La poésie et la traversée des genres

Lieu : MRSH - Salle des Actes
Début : 31/03/2017 - 09:30
Fin : 31/03/2017 - 13:00
Responsable(s) scientifique(s) : Marie-José Tramuta

Traversée des genres à entendre à la fois dans le sens de la catégorie grammaticale à la catégorie existentielle ; de la poésie à la prose (Montale) ou inversement, du mélange des genres ou dans un au-delà des genres, du passage entre les langues.

Prenons le Coup de dés mallarméen : il échappe aux canons et aux usages, aux normes et aux genres. Il s’agit dès lors de repenser la poésie : « toute une tempête spirituelle » avait écrit Paul Valéry in Variété II, 1935. Un « genre de travers » pour reprendre le titre d’un colloque qui s’était déroulé à Poitiers en 2006. Mais le genre mis à l’œuvre, c’est aussi la frontière indécise entre « il » et « elle », d’où la présence à cette manifestation, par le truchement de son œuvre, de la poétesse Amelia Rosselli dont on se souviendra de son fameux « Rimbaud ! Mais c’est une femme !» lors d’une lointaine manifestation à Beaubourg consacré à l’auteur des Illuminations. Et quand « il » ou « elle » ne se disent plus comme tels, il faut alors un nouveau langage, une langue nouvelle, langue transsexuelle à moins qu’elle ne soit asexuelle. La langue dans son passage des frontières, que nous dit-elle du genre, des genres, d’un « je » devenu « autre » ?

 

La poesia e l’attraversamento dei generi.

 

L’attraversamento dei generi può essere inteso in vari sensi : dalla categoria grammaticale alla categoria esistenziale ; dalla poesia alla prosa (Montale) ; oppure, al contrario, può significare l’ibridazione dei generi o l’al di là dei generi ; ma anche il passaggio tra le lingue.

Per esempio il Coup de dés di Mallarmé : testo che sfugge ai canoni e alle abitudini, alle norme e ai generi. Si tratta dunque di ripensare la poesia : « toute une tempête spirituelle » aveva scritto Paul Valéry in Variété II, nel 1935. Un « genre de travers » (un genere « obliquo », ma anche « distorto ») per citare il titolo di un convegno che si è svolto a Poitiers nel 2006. Ma il genere nella scrittura significa anche la labile frontiera tra « lui » e « lei », infatti sarà studiata anche l’opera della poetessa Amelia Rosselli, di cui si ricorderà la famosa battuta : « Rimbaud ! Ma è una donna ! » all’occasione di una conferenza consacrata tempo fa al poeta francese svoltasi a Beaubourg. E se « lui » o « lei » non si enunciano come tali, occorre allora un nuovo linguaggio, una nuova lingua, lingua transessuale, a meno che non sia asessuale. Cosa ci dice dunque la lingua nel suo attraversare le frontiere, a proposito del genere, dei generi, di un « io » diventato « altro » ?

 

Intervenants :

 Pietro Cataldi (sous réserve, titre non encore précisé mais peut-être sa présence et pas de communication).

Contact