Genres littéraires et énonciation

Lieu : MRSH
Début : 21/01/2010 - 09:00
Responsable(s) scientifique(s) : Laure HIMY-PIERI

La question énonciative est, on le sait, éminemment liée aux déterminations génériques, et fait l'objet de nombreuses études spécialisées, destinées à analyser la spécificité en ce domaine de chaque genre littéraire. Les outils sont nombreux aujourd'hui pour aborder la démultiplication énonciative du texte théâtral, liée aussi bien à la « double énonciation » qu'aux délicates questions de sur ou sous-énonciation dans les dialogues ; la narratologie s'est emparée en force de la question du narrateur et de ses enjeux énonciatifs dans le roman ; et ses apports sont aujourd'hui renouvelés, via les problèmes posés par le discours indirect libre notamment, par la proposition d'une narration sans narrateur ; enfin, les modélisations énonciatives proposées par Käte Hamburger sont prolongées par les réflexions contemporaines sur l'effacement énonciatif.
Intervenants Colloque « Genres littéraires et pratiques énonciatives »

Valéria Borissov, « L'éthos énonciatif de l'exilé dans l'essai et le roman : le cas d'Andréï Makine », Université Bar Ilan, Ramat Gan, Israel
Laurence Bougault, « La pseudo-deixis littéraire: les stratégies de connivence de l'émetteur alpha, et leurs possibles à réception chez Beckett et Rimbaud », Université de Rennes 2
Jean-François Castille, titre à préciser
Ariane Eissen, « Ironie et auto-ironie dans le Dialogue aux Enfers entre Machiavel et Montesquieu », Université de Poitiers
Sylvie Ferrando, « L'ancrage indexical du conte »
Violaine Géraud, « La condition dans Le Jeu de l'amour et du hasard », Université Lyon II
Sandra Glatigny, « Une Saison en Enfer, Illuminations. Du mythe à l'épopée lyrique : je et les autres », Université de Rouen
Joël July, « Le discours direct libre : entre imitation naturelle de l'oral et ambiguïsation narrative », Université de Provence.
Marie-Gabrielle Lallemand, titre à préciser
Yohannes Landis, Lycée de Pau, « Perturbation énonciative et mise en crise du drame dans Oh les beaux jours de Samuel Beckett ».
Julie Leblanc, « Déterminations génériques et critique génétique :l'apport des théories de l'énonciation aux manuscrits littéraires », Université de Toronto
André Petitjean, « Textualité dramatique et actes de langage: l'exemple de S. Beckett », Université de Metz
Matthieu Protin, « Les narrateurs en scène : l'héritage romanesque d' En attendant Godot, de Fin de partie, et d'Oh les beaux jours », Doctorant Paris III