D'Annunzio et la modernité

Début : 12/12/2008

A l’occasion du soixante-dixième anniversaire de la mort de Gabriele D’Annunzio, le LASLAR (Littérature, Arts du Spectacle, Langues Romanes) de l’Université de Caen Basse-Normandie, en accord avec l’Université « G. D’Annunzio » de Chieti (Faculté des Lettres, Centro Studi ASAM Archivio scrittori abruzzesi e meridionali) et en partenariat avec l’IMEC, organise un colloque international sous le titre D’Annunzio et la modernité.
Le colloque entend soumettre à l’analyse les rapports du poète avec la civilisation moderne sous ses aspects culturels et technologiques (l’automobile, l’avion, le téléphone etc.), étudiés non pas tant du point de vue de la biographie que de leur présence dans les œuvres. Une attention toute particulière sera portée au roman Forse che si forse che no (1910), mais également à tous ses écrits du vingtième siècle, y compris les articles de presse et la correspondance. Seront également pris en compte des éléments de la modernité tels que la publicité et l’information, notamment l’interview, adoptée en tant que moyen de diffusion de l’œuvre créatrice et des idées sur l’art, ainsi que le cinéma, la scénographie théâtrale, l’expérience musicale, les arts figuratifs du vingtième siècle.

Poète, romancier, dramaturge, tribun politique, Gabriele d’Annunzio est né à Pescara le 16 mars 1863. Il publie son premier recueil de poèmes, Primo Vere à l'âge de 16 ans. La publication de ses romans Il Piacere en 1889 et L' Innocente en 1891 font de lui un jeune prodige de la littérature. Héros militaire
discutable, Gabriele d'Annunzio s'est également lancé dans une véritable épopée politique à l’enseigne du surhomme. Il est mort le 1er mars 1938.