Guillaume Gosselin de Caen, un algébriste de la Renaissance

Lieu : amphithéâtre S3 043 (campus 2, bât. Sciences 3) - Université Caen
Début : 10/03/2017 - 14:30
Fin : 10/03/2017 - 17:00

Conférence du Cercle de lecture en histoire des mathématiques de l'IREM de Caen

Anciennement professeur en lycée et animatrice IREM, Odile Le Guillou-Kouteynikoff est aujourd’hui chercheur au laboratoire SPHERE (CNRS / Université Paris-Diderot).

Guillaume Gosselin, né à Caen vers 1550, est un mathématicien original et rigoureux qui a contribué à l'émergence de l’algèbre en France à la Renaissance. Il est l’auteur de deux ouvrages qui se répondent. L’un est un traité d’algèbre (De arte magna libri quatuor), imprimé en 1577. L’autre, qui paraît en 1578, intitulé L’Arithmétique de Nicolas Tartaglia,  est une traduction française, à la fois abrégée et augmentée, des deux premières parties du Traité général des nombres et de la mesure  de Tartaglia. Dans ces deux livres, Gosselin se montre soucieux d’énoncer des règles générales et concises, qu’il démontre sans recourir à la géométrie, donnant ainsi au champ numérique une autonomie inédite. Son travail s’appuie sur les Éléments d'Euclide et sur les Arithmétiques de Diophante dont la première traduction du grec est parue à Bâle en 1575. En 1583, par sa Leçon sur la manière d’étudier et d’enseigner la mathématique , Gosselin contribue de manière plus générale au débat sur le statut des mathématiques. La conférence permettra d’avoir un aperçu concret de son œuvre et d’en entrevoir le potentiel pédagogique.