Modes d’action politique contestataires contre les grands projets inutiles et imposés : quelles pensées et quelles pratiques d’émancipation

Lieu : MRSH - salle des actes SH027
Début : 03/05/2016 - 16:00
Fin : 03/05/2016 - 19:00

En ce qu'ils sont planifiés, décidés et imposés conjointement par l'État et le secteur privé capitaliste, élite majoritairement blanche et masculine, les projets d'aménagement contemporains constituent un analyseur pertinent pour appréhender l'imbrication des rapports de domination qui structurent nos sociétés, y compris dans leur dimension spatiale. Nous nous intéresserons ici à la manière dont la fraction dominante utilise aujourd'hui différents dispositifs (de la discipline au contrôle) pour mener à terme les projets d'aménagement, qui sont présentés comme bénéfiques pour l’économie (y compris locale). Par ailleurs, ils constituent pour celles et ceux qui les contestent une menace écologique, économique, sociale et démocratique, d’où leur qualification en "grands projets inutiles et imposés". Nous tenterons d'appréhender les modes d'action politique mis en place contre ces différents projets, en détaillant leurs formes (conventionnelles ou non, légales ou non), en distinguant différentes catégories d’opposant·e·s (des militant·e·s "sans étiquette" aux élu·e·s, en passant par les agriculteur·trice·s, les associatif·ve·s, etc.) et leurs relations à l’espace des projets (des riverain·e·s aux militant·e·s exogènes), leurs échelles de lutte (du local au global), leurs rapports aux institutions (non- ou contre-institutionnels), leurs projets politiques (du réformisme à la création d'espaces alternatifs) et leurs rapports entre contestataires (de la coalition momentanée aux motifs de distinction). Quel est le potentiel de changement social et d'émancipation de ces luttes d’opposition aux GPII ?

Intervenant(e)s et Discutant(e)s :
Laure Bourdier, Étienne Walker, et des militant∙e∙s engagé∙e∙s dans la lutte contre l’aéroport de Notre Dame des Landes