Les notions fondamentales du droit à l’épreuve du transhumanisme

Lieu : Amphi Rouelle (Bât. N) - Université de Caen
Début : 12/03/2019 - 14:00
Responsable(s) scientifique(s) : Emilie GAILLARD, Amandine CAYOL, Gabriel DORTHE, Nathalie NEVEJANS

Séance organisée dans le cadre des séminaires Transhumanisme(s) et droit(s)

Intervention de Marie Angèle Hermitte, Directeur de recherche honoraire au CNRS, Directeur d’études à l’EHESS

Après avoir tracé à grands traits les projets les plus couramment évoqués par les mouvements transhumanistes, Marie-Angèle Hermitte examinera ce que l’on peut attendre du droit positif à travers cinq niveaux d’abstraction :

  • les catégories juridiques fondamentales de chose et de personne, une technique juridique ouverte à tous les projets politiques
  • les constructions juridiques culturellement connotées autour de la notion de personne humaine (présence ou absence de la notion de dignité humaine),
  • l’ambivalence des droits fondamentaux qui offrent deux lignes de faiblesse, leur multiplication qui, en se conjuguant, laisse la place à tous les compromis possibles
  • l’intérêt mais l’insuffisance du droit français de la bioéthique version 1994, la dangereuse machinerie de la notion de «projet parental»
  • la « pente glissante » : de l’argument le plus vulgaire à la réalité des textes, la destruction silencieuse des principes protecteurs au fil des révisions des lois de bioéthique, les derniers avis du CCNE et la consécration par le rapport Touraine»

Cette séance est organisée en collaboration avec le séminaire Les limites de l'humain (Responsable scientifique : Frédérick LEMARCHAND)