Le futur a-t-il encore besoin de nous ?

Lieu : Salle des Actes - MRSH
Début : 08/11/2019 - 14:00
Fin : 08/11/2019 - 16:00
Responsable(s) scientifique(s) : Amandine Cayol et Émilie Gaillard
 
Séminaire Transhumanisme(s) et droit(s)
 
Avec la participation de Jean Michel Besnier, philosophe.
 
Le progrès des biotechnologies, les recherches en sciences cognitives, le  développement des technologies du virtuel ainsi que les promesses générées par les nanotechnologies dessinent l’image d’un futur qu’on aurait jadis reléguée dans la science-fiction. Peut-être ce futur ne verra-t-il jamais le jour. Peut-être demeurera-t-il une utopie pour certains qui le désirent ou une dystopie pour ceux qui le redoutent. Quoi qu’il en soit, le posthumain qu’on annonce à grands renforts de spéculations ou d’innovations révèle l’état présent de notre imaginaire et mérite, à cet égard, d’être interrogé : d’où vient que nous projetions un avenir qui nous aura débarrassés de la condition humaine ? Faut-il que nous soyons fâchés avec nous-mêmes pour consentir à nous laisser « dématérialiser », pour vouloir fusionner avec les machines, pour imaginer nous immortaliser grâce à quelque avatar de substitution ? Tout se passe comme si l’humanité éprouvait une sorte de fatigue d’être soi et comme si elle était disposée à écouter les sirènes de certains techno-prophètes lui annonçant sa prochaine relève dans une nouvelle espèce. Comment résister à cette propension suicidaire ? En influant sur les choix scientifiques et techniques ? En réclamant un moratoire des recherches ? En adoptant une éthique de la vulnérabilité, qui permettrait à l’humanité de se réconcilier avec elle-même ? Mais de quelle sagesse sommes-nous encore capables ?